Block 109 New-york 1947, publié cet automne aux éditions Akiléos est le 5ème album de la série "Block 109" initiée par l'éditeur début 2010! 

Le concept de la série "Block 109", ou plutot de cet univers (puisque que les albums ne se suivent pas vraiment), est une "uchronie" (un passé historique réinventé)  dans laquelle le 3ème Reich à gagné la seconde guerre mondiale! Les épisodes se situent donc dans un passé imaginaire assez angoissant, dans la mesure ou il décrit une situation politico-militaire qui a vu les souhait de l'Allemagne nazie se réaliser.

L'uchronie est un des nombreux genre de la science-fiction! Dans "New-york 1947", les nazis ont découvert, plus tot que les autres,  l'arme atomique et en ont largement fait usage pour s'imposer! Aprés avoir pulvérisé les villes américaines à coup d'attaques nucléaires, les soldats du 3ème Reich ont aussi  bombardé le quartier de Manhattan avec des armes chimiques et bactériologiques expérimentales. Lorsque commence le récit "New-york 1947", une équipe-commando allemande est déposée sur la presqu'ile de Manhattan avec pour objectifs de récupérer des documents classés top secret cachés

PlancheS_29893

dans le coffre d'une banque, mais aussi de vérifier les résultats de leurs bombardements chimiques et bactériologiques sur les populations de Manhattan.
A la tête de ce groupe hétéroclite se trouve un soldat nazi survolté, à qui on a injecté un serum de "super-guerrier", on trouve également des scientifiques, un photographe, ect. Ce groupe va vite se rendre compte que, malgré les bombardements chimiques, des survivants demeurent à Manhattan: des mutants, répartis en plusieurs groupes : des dominés, ou dominants qui pratiquent l'anthropophagie sur les autres...

Ce que j'en pense:

Prétexte à montrer des combats entre les soldats d'élite allemands et ces créatures mutantes, "Block 109" emprunte beaucoup. Il emprunte à l'univers du comic-book en premier lieu, mais aussi au cinéma de genre avec son atmosphère apocalyptique qui peut rappeler celle de "Planète-hurlante".
Résolument fantastique, cet épisode se lit de manière tout à fait indépendante des précédents. La bichromie générale renforce l'aspect crépusculaire d'un Manhattan en ruines, et créé une ambiance oppressante à souhait! Dans ce décor apocalyptique qu'il a élaboré, Ronan Toulhoat, par son trait vif et nerveux et un superbe sens de l'éclairage, va faire évoluer et combattre ses personnages et offrir au récit un rythme très soutenu, toujours en mouvement, ce qui fait de "New-york 1947" une lecture rapide et très agréable.

Peu-importe les clichés ou la taille des ficèles, ce qui compte le plus dans "New-york 1947" c'est le plaisir du fantastique, du dessin, de l'action et du rythme d'un scénario qui va à 100 à l'heure pour décrire ce monde aprés la victoire nazie, tout à fait implacable et résolument pessimiste!