Chez l'éditeur Ki-oon, la rentrée 2012 prend des airs de péplum ultra violent avec la série Virtus!

 

Virtus #1

Malgré son titre très latiniste, "Virtus" n'est pas un manga historique sur l'antiquité gréco-latine. L'auteur s'est accordé quelques libertés afin d'introduire des éléments de culture martiale nippone ainsi que du fantastique dans son récit. Par exemple le premier tome fait s'opposer un judoka japonais de notre époque à des gladiateurs du cirque romain!  

 

L'histoire:

A Rome, en 185 aprés J.-C., l'empereur Commode règne sur l'Empire.

Commodus_Musei_Capitolini_MC1120Le manga représente Commode comme le veut la légende: un homme cruel et obsédé par les jeux au dépend de sa fonction de gestionnaire (la légende voudrait d'ailleurs qu'il soit le fils incestueux d'un gladiateur et de l'impératrice) . Dans "Virtus" Commode a des allures de super-gladiateur qui vient lui même dans l'arêne massacrer les lions et les barbares (ce que le personnage historique a réellement fait entre autre). L'empire romain semble au bord du chaos. Marcia, la concubine de Commode, fait appelle à une sorcière pour trouver l'homme providentiel, le combattant intègre qui incarne la "virtus" et qui sauvera l'Empire romain.

Par un tour de passe passe magique, un champion de judo japonais contemporain ,et quelques uns de ses compagnons d'infortune, se retrouvent ainsi transportés dans l'antiquité, au coeur de l'arène pendant les jeux du cirque.  C'est Takeru Narumiya, un judoka dont la devise est d'aider les faibles qui est l'élu. Il va commencer par affronter d'anciens soldats germains devenus gladiateurs...

Dans le second tome, aprés s'être très difficilement défait du chef germain expert en boxe antique, Takeru Narumiya et ses compagnons japonais vont être amenés sur une île au large de la Grèce sur laquelle on forme et entraine les gladiateurs aux différentes techniques de combat...

Ce que j'en pense:

 

Virtus extrait

"Virtus" est un mélange des genre hyper ludique qui fait s'opposer des combattants de styles, d'époques et de culture tout à fait différentes par un procédé et une audace dont seul le manga est capable! Ces deux premiers tomes, entièrement à la gloire du judo, revisitent le concept antique de la "Virtus", c'est à dire l'ensemble des vertus de courage moral et physique qui font le bon combattant. Takeru Narumiya va n'avoir de cesse de démontrer sa rectitude morale de judoka et sa technique dans les combats qui l'oppose à des brutes mal dégrossies : c'est un grand classique des arts martiaux.  Exit l'Histoire donc, Virtus, prétexte à dessiner des combats, est graphiquement très réussie.


Cette série à suivre est en cinq tomes!