9782749306551Le style très personnel de Christophe Chabouté et son incroyable maitrise du noir et blanc l’ont très vite fait sortir du lot ! Il fait partie de ces artistes qui savent créer une atmosphère que l'on ne ressent que dans leurs œuvres. Après son album "Les princesses aussi vont au petit coin" qui traitait à la fois de la paranoïa et de la théorie du complot, Chabouté  revient en 2012  avec une BD que peu d'auteurs oseraient proposer: une histoire muette, sur 336 cases en noir et blanc, et dont le personnage principal est un banc public!

 

l'histoire:

Un jeune garçon sort son canif devant sa fiancée pour graver son amour dans le bois d’un banc. L'exercice est périlleux et il se blesse! Affolés, les deux amoureux s'enfuient... On découvre alors un banc resté seul. Le décor est posé : c’est un  simple banc, boulonné au sol dans un square, qui sert de scène et d'encrage à toute cette histoire. C’est à partir de cet objet, que l’on va deviner un peu ce qui se passe dans ce quartier. Certaines personnes s'y assoient, d'autres passent sans même s'arrêter. Un SDF essaye d'y dormir  en douce la nuit quand il ne se fait pas chasser par l'agent de police, un chien vient y faire des besoins quotidiens, un homme attend, un bouquet à la main, un rendez-vous qui ne viendra jamais, d’autres y lisent des lettres... Ce sont souvent les  mêmes qui y reviennent. On devine derrières leurs changements d'attitude certaines joies, ou certains drames... Finalement des rencontres se tissent autour de ce banc, jusqu'au jour ou la municipalité décide de le remplacer par un objet beaucoup plus moderne et design...

 

Ce que j'en pense:

Dans "juste un peu de bois et d'acier" il n'y a pas vraiment d'intrigue, il n'y a pas de poursuite en voiture, pas de meurtre non plus... Des dizaines de petites scènes à la fois banales, drôles, incongrues jouées par une quarantaine d’anonymes forment une histoire cohérente! "Un peu de bois et d'acier" n'est pas non plus une étude sociologique. C'est davantage une chorégraphie muette dans laquelle Chabouté laisse place à l'imagination du lecteur qui peut construire ses propres scénarios. Cette BD ouvre des portes plus qu’elle n’apporte de réponse. C’est une BD qui prend le temps de respirer et de regarder les gens vivre. Du coup notre regard de lecteur change également sur ces anonymes qui nous renvoient peut-être à ceux que l’on croise chaque jour. Intéressant comme démarche et comme lecture.